TRIBUNE – LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DE L’AIN | DEC 2020 – JANV 2021 | Soyons au côté de notre jeunesse !

La crise sanitaire que nous vivons –la plus grave depuis plus d’un siècle- éprouve notre quotidien et la société tout entière. Nombreux sont ceux d’entre nous ou autour de nous à être soumis à la maladie et à pouvoir compter sur des soignants dévoués. Nombreux sont les acteurs économiques à vivre les difficultés du moment quand ils ne doivent pas cesser leur activité du fait du confinement, mettant à l’arrêt salariés et fournisseurs.

Plus encore que d’autres, les jeunes et les personnes défavorisées vont durablement être les victimes de la pandémie. Il suffit de mesurer de quelle manière les associations caritatives et les aides alimentaires sont sollicitées dans l’Ain pour comprendre les difficultés que connaissent les plus fragiles.

La jeunesse ne peut être oubliée dans cette période si particulière. Les 18-25 ans sont aujourd’hui nombreux à être bloqués aux portes de l’emploi. La pauvreté étudiante est aussi une réalité cruelle pour beaucoup d’entre eux. Chiffres à l’appui, ils figurent dans la tranche d’âge la plus touchée par l’extrême faiblesse de leurs revenus.

La bonne approche consisterait à leur ouvrir le bénéfice du Revenu de solidarité active (RSA) dont ils sont aujourd’hui exclus, considérant que l’absence d’attaches familiales ou de situation stable les met en situation de grande précarité. Accompagner ainsi les plus vulnérables est une chance supplémentaire de les voir se projeter et renouer avec l’activité.

Un énième « plan jeunes » ou des mesures « bouts de ficelles » imaginés au plan national ne suffiront pas à répondre à l’enjeu. C’est à l’échelon local que l’expérimentation doit être engagée. La préoccupation sociale est déjà la première  pour notre Département. Près de la moitié de son budget est consacré à la solidarité envers les plus âgés et les plus démunis.

Il importe aujourd’hui de faire preuve d’un soutien décent à l’égard des plus jeunes qui incarnent l’avenir de l’Ain. Notre département s’honorerait à être pionnier sur ce sujet comme il l’est en d’autres domaines. Ce choix de société ne saurait être remis à plus tard. Il y a urgence.