SESSION MAI 2020 | INTERVENTION DE CHRISTOPHE GREFFET RELATIVE AU PERIMETRE DES COMPETENCES DEPARTEMENTALES

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Président,

Chers collègues,

J’ai à ce moment une pensée pour les centaines d’Aindinois et d’Aindinoises qui ont été gravement affectés par le Covid 19. La maladie les a plongés dans une détresse physique et morale dont ils se remettent peu à peu au prix d’immenses efforts personnels.   
Le combat a parfois été plus dur encore, en leur laissant aucune chance et plongeant leur famille dans le désarroi.

Nous sommes nombreux à avoir un de ces visages en mémoire et une histoire personnelle de ces longues et terribles semaines.

La lueur est venue –ici comme ailleurs- de tous ceux qui se sont engagés, au premier rang desquels les soignants, applaudis comme il se doit. Il nous faut dans un même élan saluer celles et ceux investis dans des tâches souvent peu valorisées et qui se sont avérées essentielles.

La crise –et c’est heureux- a révélé une autre hiérarchie des métiers. Notre collectivité a aussi eu son lot de héros parmi les agents de nettoyage ou de service et devra s’en souvenir.

Les chiffres sont éloquents à l’échelle de notre département. Pas moins de 73 millions de cotisations sociales et 33 millions de salaires ont déjà été pris en charge grâce aux dispositifs de report ou de chômage partiel dans l’Ain. La solidarité à l’égard des professionnels et des 105000 salariés bénéficiaires n’a pas failli.

On peut également citer le fonds Etat-Région à destination des entreprises en difficulté qui immanquablement aura à intervenir dans nos territoires. Nous savons l’extrême fragilité de certains secteurs à l’image du tourisme qui ont dû cesser toute activité.

On évoque moins le secteur industriel qui un temps a poursuivi son activité mais qui aujourd’hui est à l’arrêt faute d’être approvisionné, en châssis de camions par exemple pour évoquer mon territoire.

Autant dire que les effets à retardement sont là et il y a beaucoup à craindre de ces ruptures d’activité dans les mois à venir.

Le département prend sa part dans cet accompagnement et un plan sera débattu cet après-midi. Il le fait dans un domaine qui ne lui échappe pas complètement puisque la compétence tourisme est partagée entre niveaux de collectivités.

Il le fait aussi parce qu’il a cette proximité –grâce aux élus que nous sommes- et cette connaissance du territoire à même d’accompagner au plus près.

Mon interrogation –ou mon besoin d’être rassuré- monsieur le Préfet, porte sur la légalité du dispositif et sur le fait que l’Etat ne fera pas obstacle à ce que nos mesures soient mises en œuvre. Le secteur touristique en a assurément besoin.

Si toutefois la fragilité juridique était un obstacle, nous aurions, monsieur le Président, sans doute intérêt à travailler à un dispositif de conventionnement avec les intercommunalités qui elles, ont la compétence économique, à l’image de ce qui se fait déjà dans le domaine des aides à l’immobilier d’entreprise.

Nous avons déjà cette habitude de travail en commun qui s’est encore accrue dans la période actuelle à force de conférences communes ou de co-financement des masques dédiés aux actifs de l’Ain.

Ce serait aussi la première pierre de cette contractualisation attendue associant Département et intercommunalités.