TRIBUNE – LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DE L’AIN |SEPTEMBRE / NOVEMBRE 2019

Garantir un niveau d’accès aux services et aux soins pour les Aindinois

Ces derniers mois nous ont donné à voir de quelle manière l’éloignement et le sentiment d’abandon pouvaient nourrir le ressentiment. Certains ont voulu y voir une radicalité attisée par une minorité tandis que d’autres y ont perçu la souffrance des laissés pour compte de notre société.

Certains territoires sont particulièrement concernés et voient leurs habitants et leurs activités disparaître à l’image de cette diagonale du vide reliant les Ardennes au Sud-ouest.

Nous n’en sommes fort heureusement pas là dans l’Ain ; c’est même tout le contraire puisque l’Insee nous promet une des plus fortes dynamiques démographiques du pays à l’horizon 2040 et une activité économique soutenue.

Mais même dans l’Ain, le sentiment d’abandon est présent. Il l’est d’autant plus que le développement démographique a gagné chacun des bourgs et des villages où le niveau de service n’est pas  -et ne peut pas être- celui d’un centre équipé.

Cela nous oblige à conjuguer nos efforts pour répondre au besoin de proximité.

La présence de l’Etat dans les territoires, qu’il s’agisse du service des impôts aux particuliers ou de la sécurité du quotidien, doit satisfaire un maillage de proximité garantissant un égal accès des citoyens.

Les Maisons France Services développées par l’Etat à l’échelle de chaque canton et destinées demain à recevoir les demandes de nos concitoyens devront disposer de moyens pérennes pour que les collectivités locales s’engagent en confiance  dans le dispositif.

Le Département n’est pas moins concerné par cet équilibre des territoires auquel il doit veiller au regard de sa mission de solidarité. A titre d’exemple, l’accès de tous aux médecins doit le mobiliser tant les inégalités sont criantes et les difficultés réelles. C’est grâce à des mesures volontaristes que nous réussirons à relever le défi et rendre l’Ain attractif pour les professionnels de santé.