SESSION JUILLET 2019 – INTERVENTION DE GUY LARMANJAT SUR LA SÉCURISATION DES PONTS

QUESTION AU PREFET ET AU PRESIDENT DE GUY LARMANJAT
RELATIVE A LA SECURISATION DES PONTS

Tout d’abord, permettez-moi suite à notre entretien de vous remercier chaleureusement pour la bienveillance avec laquelle vous êtes intervenu afin de permettre la remise à la famille de Jacques Dessemme de la médaille de l’Ordre National du Mérite qu’il avait obtenu malheureusement seulement quelques jours avant son décès. Votre apport très humain dans ce dossier est très apprécié dans notre bassin de vie et l’Assemblée Générale des EVB Basket, samedi matin dernier, s’en est fait l’écho.

Depuis le terrible accident survenu à Gênes le 14 août 2018, les débats sur l’état des ouvrages d’art ont été relancés. Pourtant, plusieurs rapports montraient déjà la vétusté de certains de ces ouvrages. En 2017, le rapport « revue des dépenses des voiries dans les collectivités territoriales » établi par l’Inspection Générale des Finances faisait état des difficultés des collectivités à entretenir leurs ouvrages d’art. En juillet 2018, un audit du réseau routier montrait que 12 000 ponts sous la responsabilité de l’Etat nécessiteraient des travaux de rénovation. Plus récemment, un rapport du Sénat, rendu public le 27 juin, dernier met à mal la sécurité des ponts en France.

Le patrimoine des ouvrages d’art du Département de l’Ain est composé de 1272 ponts et nous avions validé en Commission permanente la programmation 2019 qui retenait essentiellement des opérations sur des ponts. 25 de ces ouvrages nécessitent une réparation à brève échéance afin de conserver un niveau de service normal. Pour les dossiers les plus importants, le Pont de Seyssel sur le Rhône est en travaux et ceux du Pont de Fleurville sont prévus prochainement.

On estime qu’il y a entre 200 000 à 250 000 ponts en France dont l’entretien est réparti entre l’Etat, les départements et les communes.

Plus de 25 000 ponts en France posent des problèmes de sécurité et de disponibilité. La situation est particulièrement préoccupante pour ceux gérés par les communes et les intercommunalités en partie à cause du manque de moyens. Un reportage de France 3 montrait que sur la commune de Balan, le Pont de la Moras est jugé dangereux. Sujet repris hier dans un article du Progrès d’hier. Monsieur le Préfet, ¼ des ponts de l’Etat, soit 2800, arriveront dans les prochaines années en fin de vie et environ 0.5% des ponts départementaux devront être reconstruits dans les 5 ans à venir, soit en moyenne 5 ponts par département.

Les ponts font partie intégrante de notre patrimoine et assurent un lien fort et un maillage indispensable de notre territoire. Ils participent aussi au développement économique et à l’attractivité de celui-ci. Il est donc important de porter une attention toute particulière à leur état structurel et primordial d’assurer la sécurité des usagers.
Mais l’entretien des ouvrages d’art est compliqué car le diagnostic est complexe et nécessite des moyens d’observation sophistiqués.

J’en viens donc à mes questions :

Monsieur le Président, pouvez-vous nous indiquer si le Département dispose d’assez de moyens pour surveiller et entretenir nos ponts pour les prochaines années à venir ? Faut-il s’inquiéter de l’état de certains ponts dans le département ?

Monsieur le Préfet, comment l’Etat peut renforcer son soutien aux communes pour les opérations de surveillance et d’entretien ? Comment mieux répertorier les ponts qui posent problème ?