Session Juillet 2018 – QUESTION AU PRESIDENT DE MIREILLE LOUIS RELATIVE AUX SEJOURS LINGUISTIQUES

QUESTION AU PRESIDENT DE MIREILLE LOUIS

RELATIVE AUX SEJOURS LINGUISTIQUES

En juin 2016, vous nous avez soumis au vote un rapport qui proposait le remaniement du dispositif d’aides aux séjours linguistiques pour les collèges. L’enveloppe globale était bien maintenue mais les critères d’attribution des subventions changeaient. Ce changement, avec l’introduction de l’obligation pour 75% d’une classe de partir sur le séjour proposé, a entrainé de lourdes conséquences. Le bilan de cette discrète modification est connu aujourd’hui : presqu’un tiers des demandes de subventions pour les séjours linguistiques qui ont été présentées en 2018 ont été refusées. 47% des crédits n’ont pas été consommés soit 90 000 € sur les 190 000€ qui ont pourtant été réservés dans le budget de février. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de ce taux d’exécution.

Je souhaite rappeler que l’aide aux séjours linguistiques est primordiale dans l’apprentissage d’une langue vivante, ces voyages sont l’occasion pour les collégiens de pratiquer la langue étudiée, de se prendre de passion pour la culture du pays visité, renforçant l’envie d’apprendre. C’est aussi, bien souvent, l’occasion pour des familles en difficultés d’offrir un voyage à l’étranger à leur enfant.

Vous présenterez tout à l’heure un rapport qui présente de manière globale l’ensemble de la politique sportive proposée par le département. Le rapport que vous proposez est dense et parfois complexe pour identifier concrètement les conséquences des évolutions ou des créations de dispositifs. Nous savons que l’enveloppe globale de la politique sportive n’évoluera pas. Par conséquent, lorsqu’un nouvel dispositif est annoncé, l’argent pour le financer sera prélevé sur un autre. Ce n’est finalement qu’après plusieurs années d’utilisation que nous verrons si les choix proposés seront bénéfiques ou handicapants.

Nous y reviendrons plus tard, mais votre nouvelle politique sportive que vous allez présenter tout à l’heure nous fait craindre des effets similaires à ceux observés sur les séjours linguistiques.

Monsieur le Président, que comptez-vous faire pour répondre aux collèges qui se sont vus refuser leurs aides aux séjours linguistiques ?

Comptez-vous réviser votre politique d’aides aux séjours linguistiques ? Sachez que nous nous tenons prêts à nous rendre disponible dans le cadre d’un groupe de travail.