TRIBUNE – LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DE L’AIN – Mars-Juin 2018

Affichons notre ambition pour l’Ain !

Les chiffres du budget 2018 ne sauraient tout dire de l’avenir. Ce qui doit tous nous interpeller, au-delà même de nos sensibilités, ce sont les mesures arbitrées nationalement -et qui mises bout à bout- mettent nos territoires à l’épreuve.

Chacun voit bien que le contrôle du niveau de nos dépenses mis en place par l’Etat conduira à bonne heure à remettre en cause des pans entiers de notre action. C’est tout simplement l’action publique qu’on assassine ! La suppression annoncée de 70000 emplois dans la fonction publique territoriale n’en est qu’un des moyens.

Une épreuve tout aussi inquiétante se dresse devant nous qui exige un budget de combat. Je veux parler du risque de relégation de nos territoires ruraux et péri-urbains. Nous nous sommes tous émus des coupes drastiques opérées par l’Etat au détriment des agences de l’eau. Ce qui se joue au travers de ces crédits, c’est la capacité des communes à poursuivre leurs efforts d’assainissement et à ouvrir leur foncier à l’urbanisation. Dans un département –faut-il le rappeler- démographiquement dynamique où les besoins sont immenses.

Nos crédits 2018 dédiés à l’eau et à l’assainissement prennent-ils la mesure de l’enjeu ?
Nous avons cosignés à l’unanimité, il y a peu, un voeu dénonçant la ponction de 20 millions d’euros opérée au détriment des bailleurs sociaux de l’Ain.
Ce qui se joue là, c’est la capacité des bailleurs à intervenir en tout lieu du département ; c’est la possibilité pour les communes de mettre en oeuvre à leur échelle la mixité sociale et générationnelle.

Les 15,5 millions d’euros de notre politique logement suffiront-ils à faire face au nouveau contexte créé par la réforme des APL ? Il est essentiel et urgent de nouer un dialogue particulier avec les opérateurs et les territoires sur le sujet.
Le risque est grand qu’une nouvelle carte des territoires de l’Ain se dessine sans nous, avec ses îlots de développement et ses laissés pour compte.

Ce sont toutes nos politiques dédiées à l’aménagement du territoire qui sont ainsi questionnées. La loi a confié une mission essentielle de solidarité territoriale au Département. Les réformes en cours doivent plus que jamais inscrire notre action et nos budgets dans cette direction.

Christophe GREFFET
Président du groupe « Utiles pour vous, pour l’Ain »