Session Avril 2017 – Guy Larmanjat – Intervention sur la réorganisation des agences routières

INTERVENTION DE GUY LARMANJAT

RELATIVE A LA RÉORGANISATION DES AGENCES ROUTIÈRES

 

 

 Comme pour la réorganisation des services de l’action sociale, je vais me répéter. Nous ne sommes pas fermés à une réorganisation, nous savons bien que l’institution départementale ne peut pas rester figée. Il est par contre dommage que nous n’ayons pas été conviés, là également, aux séances de travail. Cela aurait pu être l’objet d’un travail de la commission et nous aurions pleinement participé à la recherche de solutions.
C’est mon rôle d’apporter des points de vigilance sur le projet que propose la majorité et parfois même des désaccords.La majorité nous explique qu’elle ne fermera aucune agence, aucun centre routier. Nous en prenons acte. Ils sont un élément essentiel de l’aménagement du territoire et tout particulièrement des territoires de moyenne montagne.Par contre, on nous parle de spécialisation.Cette réforme ne risque-t-elle pas, petit à petit d’enfermer les agents dans une seule compétence, provocant deux conséquences. La première, celle de rendre les emplois moins intéressants avec une répétition permanente des mêmes actes, des mêmes gestes, des mêmes activités.
Deuxième conséquence, une augmentation des déplacements donc une perte de temps ainsi que des frais kilométriques plus importants puisque les agents seront regroupés en agence par même activités, il faudra alors parcourir plus de kilomètres pour réaliser les mêmes tâches qu’avant.

Le pari de Damien Abad se fait également sur la rationalisation des fonctions supports, mais peut-il nous assurer que cette rationalisation n’entrainera pas rapidement une charge de travail, à laquelle nos agents ne sauront pas faire face, compte tenu de la diminution des fonctions supports ?

Une population qui grandit, une circulation qui s’intensifie, 4 450 km de route,
1 300 ouvrages d’arts. Nous ne pourrons pas faire face très longtemps et conserver le niveau de service à la population si l’objectif du président est de baisser le nombre d’agents du service des routes.