SESSION SEPTEMBRE 2016 – Christophe Greffet – Intervention sur la rentrée

INTERVENTION DE CHRISTOPHE GREFFET
RELATIVE A LA RENTRÉE

Nous sommes à quelques jours de la rentrée et nous pouvons déjà tirer à grands traits un bilan. Nous sommes heureux de voir que la collectivité est au rendez-vous de l’achèvement de ses chantiers lorsqu’il s’agit de collèges et nous aurons l’occasion très prochainement d’inaugurer ceux de Montceaux et de Belley inscrits dans le plan « collèges » que nous avons initié.

Vous auriez peut-être pu vous garder d’en critiquer le coût parce qu’il n’en va pas des collèges comme des voitures : on ne construit pas en séries et il faut s’adapter à son environnement. C’est le propre de toute construction architecturale réussie et nous le voyons avec le collège de Bellegarde qui semble, lui, prendre beaucoup de retard.

Mais si l’on évoque les transports scolaires, alors là, il n’est plus question de retard mais d’absence tout bonnement, comme si à l’occasion de cette rentrée, des élèves avaient été oubliés par le bus sur le bas-côté de la chaussée. Ce sont les élèves et les parents de Belley qui en font les frais ; ceux de la cité internationale de Ferney aussi.

Jamais –de mémoire- on avait connu pareil dysfonctionnement et nous ne pouvons que comprendre l’émoi des familles mises en difficulté durant des semaines. C’est d’autant plus fâcheux que c’est là une compétence historique du département et que nous avons à convaincre la Région de la conserver sous forme de délégation pour les 42000 élèves concernés.

On touche là aux limites de vos choix politiques 18 mois après votre arrivée. Vous ne cessez de faire l’apologie de l’investissement, déversant un jour des millions sur le Valromey ; un autre jour sur la Dombes. Des millions dont on ne sait d’où ils sortent d’ailleurs et comment ils seront financés.

Mais l’action du quotidien ne doit pas être négligée pour autant. Et c’est bien ce qui inquiète. Les personnels l’ont dit aujourd’hui en manifestant devant les grilles : postes vacants non pourvus, médiation culturelle réduite à portion congrue dans les musées, suppression en perspective d’agences routières et de points d’accueil solidarité –à cet égard l’avenir du PAS de Pont-de-Veyle, entre autres, inquiète. En dépit de mes questions, il ne m’a jamais été répondu, ce qui en dit long sur les hésitations de la collectivité et l’inquiétude du personnel.

Et le fait que vous portiez désormais la parole d’un candidat de votre camp qui clame haut et fort qu’il veut supprimer la fonction publique territoriale n’a rien de rassurant.

A grands renforts de communication et de forums –il y aura bientôt celui de l’économie- vous voulez convaincre que le département est toujours essentiel. Encore faut-il qu’il soit au rendez-vous de ses compétences premières. Nous pouvons en douter. Et ça n’est pas le report annoncé du vote du budget 2017 qui là encore va nous rassurer.

Bien au contraire. Ce report est sans précédent. Nous savons que vous allez être très occupé à l’organisation du choix de votre champion à l’élection présidentielle. Ceci explique sans doute cela. Mais les acteurs et décideurs du département ont besoin de connaitre notre niveau d’engagement au plus tôt. Il en va de la crédibilité de notre assemblée et de la confiance envers le Département.